Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Révolution citoyenne

Le casse du siècle

20 Avril 2007 , Rédigé par Christian Laborde Publié dans #Révolution citoyenne

15 à 20% d’électeurs qui pourraient voter Bové vont voter “utile” parce qu’on leur a dit qu’il ne ferait que 2%. De l’art de la désinformation !

Le problème est que, cette année, on a vraiment l’impression que les sondages vont faire l’élection avec l’aide des médias et des grands partis qui en profitent. Celui ou celle qui trouverait le moyen d'enrayer cette mécanique funeste serait le véritable vainqueur de cette élection.

Alors que les sondages prétendent offrir une image de l'opinion, ils ôtent, en fait, toute transparence à cette élection. Voilà pourquoi nous devons décréter l'urgence électorale et mener une campagne différente. C'est le dernier moment.

On convainc mieux quelqu'un que l'on connaît qu'un inconnu qu'on aborde dans la rue. C'est le principe que l'on va appliquer pour notre campagne virale. Donc à vos réseaux : ouvrez vos carnets d'adresses et contactez toutes vos connaissances par téléphone, Internet, rencontre. Préparez un bon argumentaire. Utilisez les articles de ce blog et de www.unisavecbove.org, mais, comme on est d'autant plus convaincant que l'on est convaincu, n'hésitez pas à les adapter, écrivez-en d'autres même. Ceci est la première étape. La seconde est de transformer les contacts que vous aurez convaincus en nouveaux propagandistes et ainsi de tisser votre toile et ainsi de suite. C'est comme cela que se transmettra le virus de la démocratie directe et que nous empêcherons ce rapt électoral.

Alors, disons : Non au vote futile, le vote utile c'est le vote de conviction !

Votez et faites voter José Bové, le seul vote utile !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

zab 21/04/2007 08:37

Bonjour, Christian !Je crois que tu as parfaitement raison, sur les indécis. J'espère que les gens ne se laisseront pas séduire par les sirènes des sondages. Sinon, tant pis, il faudra continuer ce qu'on a semé, ou plutôt notre sillon. Je te découvre un peu tard !amicalementzab