Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Révolution citoyenne

Prémonition

16 Janvier 2008 , Rédigé par Christian Laborde Publié dans #Politique

Aujourd'hui, alors que la Communauté Européenne devient chaque jour d'avantage un espace non démocratique, il est bon de se rappeler une intervention particulièrement prémonitoire que fit le le 18 janvier 1957 à l'Assemblée Nationale Pierre Mendès France :

« le projet de marché commun tel qu'il nous est présenté ou, tout au moins, tel qu'on nous le laisse connaître, est basé sur le libéralisme classique du XIXe siècle, selon lequel la concurrence pure et simple règle tous les problèmes. [...] En fait, la concurrence qui s'instaurera dans le cadre du traité tel qu'il est aujourd'hui [...] n'assurera pas le triomphe de celui qui a, intrinsèquement, la meilleure productivité, mais de ceux qui détiennent les matières premières ou les produits nécessaires aux autres, des moyens financiers importants, des productions concentrées et intégrées verticalement, de vastes réseaux commerciaux et de transport, de ceux aussi qui ont les moindres charges sociales, militaires et autres.  »

« nous ne pouvons pas nous laisser dépouiller de notre liberté de décision dans des matières qui touchent d'aussi près notre conception même du progrès et de la justice sociale; les suites peuvent en être trop graves du point de vue social comme du point de vue politique.  »

« Nous devrons donc nous adapter rapidement non seulement, comme chacun l'a bien compris, dès le début, aux importations bientôt libres venant des cinq pays participants avec nous, mais encore, comme on ne l'a pas assez aperçu, aux importations bientôt dégrevées ou en partie dégrevées venant de tous les autres pays, de l'extérieur. »

C'était déjà entrevoir les régressions sociales que nous subissons chaque jour plus durement au nom de la mondialisation, mais ce visionnaire avait aussi prévu la régression de nos valeurs démocratiques :

« L'abdication d'une démocratie peut prendre deux formes, soit le recours à une dictature interne par la remise de tous les pouvoirs à un homme providentiel, soit la délégation de ces pouvoirs à une autorité extérieure, laquelle, au nom de la technique, exercera en réalité la puissance politique, car au nom d'une saine économie on en vient aisément à dicter une politique monétaire, budgétaire, sociale, finalement « une politique », au sens le plus large du mot, nationale et internationale.  »

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jeannot 17/01/2008 08:50

Mendès France doit se retourner dans sa tombe à voir ses descendants soit-disant socialistes cautionner ce déni de démocratie qu'est la ratification  du "mini-traité" par voie parlementaire

El Sinsé 16/01/2008 11:15

Et ? ...Cré-@ctivementEl Sinsé