Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Révolution citoyenne

Un radis à l'UMP

13 Janvier 2008 , Rédigé par Christian Laborde Publié dans #Politique

"Dans un monde qui change, malheur à celui qui stagne [...] Le changement est dynamisé par le peuple, par ses demandes, ses attentes, ses goûts, sa volonté de saisir les opportunités du monde qui évolue", a déclaré l'ancien Premier ministre britannique (1997-2007) devant le Conseil national de l'UMP à Paris.

"Aux États-Unis je serais démocrate, au Royaume-Uni je suis travailliste, en France je serais.... probablement au gouvernement", a-t-il fait remarquer, déclenchant les rires de la salle.

Non ! Tony Blair n'est pas le socialiste annoncé et adoubé par Sarkozy. Tony Blair est un radis : s'il est bien rouge à l'extérieur, son coeur est parfaitement blanc. Il faut arrêter de se focaliser sur les étiquettes pour ne juger les politiques que sur leurs actes. Et quant à ses actes, Blair est le digne héritier de Margaret Thatcher et un ultra libéral convaincu.

Pour le "monde nouveau" qui se dessine, Tony Blair a prôné un marché de l'emploi plus flexible, des syndicats "partenaires du changement et non pas de la résistance". "Le changement ne plaît jamais (...) mais au final, tout le monde l'accepte", a-t-il assuré. Il s'agit toujours du même argumentaire qui tend à imposer l'idée que le dogme néolibéral est le seul système économique possible et ses opposants d'irrécupérables réactionnaires au progrès.

"Qui sait si un jour nous ne partagerons pas la même langue", a-t-il conclu sous les applaudissements nourris d'une salle debout. Il parlait bien sûr de la langue internationale de la bourse et de la spéculation. Tout cela me rappelle une sombre époque où certains Français voulait voir la France se fondre dans une Europe Nazie qui était pour eux l'Avenir sans aucun doute possible. Heureusement qu'il y a eu des résistants pour faire capoter cette collaboration.

Prenant la parole juste après lui, Nicolas Sarkozy a salué en Tony Blair un homme "intelligent et courageux [...] Des socialistes comme ça, ils ont toute leur place au gouvernement", a dit le chef de l'État. En fait, avec "des socialistes comme ça", on n'aurait même pas besoin de l'UMP.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article