Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Révolution citoyenne

Le bouffon

10 Janvier 2008 , Rédigé par Christian Laborde Publié dans #Révolution citoyenne

Le bouffon était une institution importante de la royauté. Aujourd'hui, dans son délire hégémonique, il semble que Sarkozy ait décidé d'être à la fois le roi et le bouffon. Je ne suis pas sûr que cela nous donne vraiment envie de rire.

Mardi, lors de sa conférence de presse, à la question : « souhaitez-vous que 2008 soit la fin, au moins réelle, des 35 heures ? », la réponse de Sarkozy a été claire : « Pour dire les choses comme je le pense : oui. ».

Mercredi soir, devant les parlementaires, Sarkozy a déclaré : « Oui, en 2008, je veux qu'on aille beaucoup plus loin dans la réforme des 35 heures. Je veux qu'on libère les entreprises du carcan des règles qui freinent ou empêchent le recours aux heures supplémentaires... ». Et de conclure : « Je veux augmenter le nombre d'heures supplémentaires, donc je veux garder une durée légale du travail. ».

Jeudi matin, la ministre de l'Économie, des Finances et de l'Emploi Christine Lagarde reprend le même propos sur BFM : « Ce que nous souhaitons faire, c'est libérer les contraintes qui actuellement pèsent sur les entreprises et les salariés et qui les empêchent, pour les cas où c'est utile pour les entreprises et souhaité par les employeurs et les salariés, de travailler au-delà de la durée légale ».Mais la ministre insiste : « La durée légale, elle va subsister telle qu'elle existe, il y aura toujours une durée légale du travail. ».

Il semblerait donc que Nicolas et Sarkozy ne soient pas d'accord entre eux et que les ministres soient obligés d'intervenir pour calmer leur schizophrénie.

Malheureusement, il semblerait que la confusion empire de jour en jour : Sarkozy s'accorde quelques jours de délai avant de trancher sur la suspension du maïs OGM tandis que le président de l'Assemblée nationale s'énerve contre le gouvernement. Hier, Jean-Louis Borloo avait parlé de quarante-huit heures maximum. En fin de matinée aujourd'hui, Nicolas Sarkozy a indiqué qu'il prendrait une décision "dans les tout prochains jours" sur l'activation de la clause de sauvegarde.

L'année 2008 commence à peine et l'exécutif est déjà en pleine désintégration. Comme disait un économiste interviewé sur France 2 : « vivement 2009 ».

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article