Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Révolution citoyenne

Oubli et hypocrisie

1 Janvier 2008 , Rédigé par Christian Laborde Publié dans #Révolution citoyenne

En cette fin d'année 2007, notre omni Président s'est adonné à l'exercice imposé des vœux à « ses chers concitoyens ». Encore une fois, Sarkozy avait annoncé une « rupture » que personne n'a vu, sauf les plus aveugles de ses adorateurs. En fait on n'a entendu que des paroles creuses comme le souligne Libération : Sarkozy, premiers vœux, déjà creux.

En fait, ce que j'ai noté surtout, c'est un oubli et une hypocrisie notables.

Sarkozy a adressé ses vœux à tous les Français, tous ? Non, il a oublié de citer dans son discours une catégorie : tous les néo féodaux du CAC40. Les privilégiés qui sont les seuls bénéficiaires de cette première année de sa présidence. Ceux qu'il aime fréquenter, qui lui prête avion, villa, yacht... et qu'il favorise en proportion de l'intérêt qu'il y trouve. Bien sûr, on ne saurait oublier des gens qui vous ont porté au pouvoir grâce à la propagande omni présente des médias qu'ils contrôlent quasi totalement. Sarkozy saura leur montrer tout au long de cette année sa gratitude profonde et il en donne déjà un échantillon : « Fillon (lire Sarkozy) envisage la suppression de la durée légale du travail ».

L'hypocrisie, enfin, est vraiment la marque de fabrique de Sarkozy. Personne avant lui n'avait à ce point pratiqué le double langage. Chirac et Raffarin sont enfoncés. « le goût de l’aventure et du risque » dont il parle, est-ce celui des spéculateurs prédateurs qui ravagent le tissu industriel du pays ?

Comment ose-t-il parler de « Renaissance » alors que, aujourd'hui, la plupart des richesses crées sont totalement virtuelles au travers de la spéculation financière. La « Renaissance » a d'abord été une période de création. Où sont les créateurs aujourd'hui ? Au chômage !

2007, année de « l’urgence » a, selon lui, permis de mettre le pays « sur la voie du changement ». En sarkolangue, cela veut dire retour vers le XIXe siècle, le bon vieux temps où le capitalisme n'avait pas à partager les fruits de la croissance avec ceux qui en étaient les artisans. Maintenant, grâce à la mondialisation, ce ne sera plus nécessaire.

Exemple dans le Nord-Pas-de-Calais où avant de fermer boutique, Charbonnages de France a cédé, l’été dernier, Gazonor, sa filiale nordiste d’extraction du gaz de mine, après appel d’offres, à l’australien European Gaz Limited (EGL) qui envisage d’en faire de l’électricité pour la vendre à EDF, plutôt qu'à un consortium nordiste dont l’idée était de maintenir un prix bas du gaz pour la société Artésienne de vinyle - une usine chimique de Mazingarbe -, préserver ses 150 emplois, exploiter le gaz pour les réseaux de chauffage urbain, et produire du gaz de ville en direction des plus démunis.

Alors, meilleurs vœux pour 2008 car, comme Sarkozy l'a indiqué (au conditionnel), les «premiers résultats de l’action entreprise devraient se faire sentir» en 2008. En fait, cela se confirme :

  • Nouvelle année, santé plus chère (Liberation.fr). Malades, à vos poches ! Nicolas Sarkozy l’avait dit, le Président l’a donc fait. Les franchises médicales débarquent aujourd’hui. Cela coûtera désormais plus cher d’être malade et pour la première fois une brèche a été plantée dans la solidarité qui faisait que les non-malades payaient pour les malades.

  • Le prix du gaz augmentera de 4% au 1er janvier (Liberation.fr). Pour l'entourage du Premier ministre François Fillon, cité par Le Figaro dans son édition de jeudi, cette majoration reflète très exactement les coûts d'approvisionnement de Gaz de France au cours des six derniers mois. Il faut pourtant rappeler que le PDG de GDF avait promis la stabilité des tarifs jusqu'en 2010, que son entreprise bat chaque année son niveau record de bénéfices, mais que ses actionnaires exigent des dividendes toujours plus élevés. Au moment où le gouvernement prétend se démener pour lutter contre la baisse du pouvoir d'achat, il donne son aval à une nouvelle ponction sur les revenus, sur un poste budgétaire vital. Les ménages modestes qui, déjà, ne s'en sortent plus, seront les premières victimes. Mais les actionnaires du futur GDF-Suez feront bombance. La suite : http://olivierbonnet.canalblog.com/archives/2007/12/19/7283345.html

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article