Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Révolution citoyenne

Le retour de l'État providence

11 Août 2007 , Rédigé par Christian Laborde Publié dans #Economie

Mais oui, à l'encontre de tous les discours tenus dans un passé récent, l'État providence est de retour. Celui dont on disait qu'il devait être sacrifié au nom du réalisme économique et de la mondialisation a été ressuscité par les banques centrales du monde entier.

Non, amis chômeurs ou smicards, n'espérez pas une augmentation de votre RMI, de votre indemnité chômage ou de votre SMIC. Aujourd'hui, la providence est pour la finance : banquiers et spéculateurs de haut vol sont dans la détresse la plus profonde. Alors, au panier les discours sur la rigueur, ouvrons largement les coffres : 325 milliards de dollars (environ 237 milliards d’euros) ont été injectés par les banques centrales d’Europe, d’Amérique et d’Asie pour essayer de sauver un système financier mondial malade de sa folie spéculative.

Libération : samedi 11 août 2007 :

Question : cette volatilité explosive risque-t-elle de provoquer une crise systémique, un krach généralisé ? Si certains économistes le redoutent ( Libération de vendredi), d’autres experts veulent croire que l’économie mondiale limitera la casse. La réalité, c’est que personne ne sait.

Les économistes néo-libéraux prétendent qu'une économie sans règles fonctionne mieux. La réalité des faits nous montre crise après crise que tout ceci est faux. Et maintenant, c'est l'interventionnisme tant honni qui réapparaît. En fait, on assiste à une nouvelle application de la formule : privatiser les gains et socialiser les pertes. Dans le casino qu'est devenu la finance mondiale, rien de tel que de jouer et gagner sans risquer de perdre. Combien de temps cela va-t-il durer ?

Car personne, sain d'esprit, ne peut croire à la pérennité du système, il ne s'agit que de le faire durer encore un peu. Cela rappelle ces personnages de dessin animé qui marchent dans le vide et ne tombent que lorsqu'ils perçoivent le vide sous eux. Alors tout est fait pour que les investisseurs naïfs ne voient pas le vide sur lequel le système est batti, sinon ils pourrait paniquer et précipiter la crise. C'est pour cela que tous les experts minimisent le danger et parlent de correction, au pire de purge, et non pas de la menace avérée d'un krach de 1929 en pire.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mimoune hanane 01/10/2007 14:34

une phrase pour résumé la réalité de ton discour..."l'occident un avion hypersonique sans pilote"