Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Révolution citoyenne

Le piège infernal

12 Avril 2007 , Rédigé par Christian Laborde Publié dans #Politique

Dans notre beau et démocratique pays, la France, les élections sont libres. C'est une évidence incontestée. N'importe qui peut se présenter et tout le monde peut voter pour n'importe quel candidat.

Bon ! Déjà, on a vu que la règle des 500 parrainages était un obstacle dur à franchir et que la première partie de cette évidence n'était pas si évidente. Mais supposons maintenant, qu'un candidat se présente qui ne soit pas vraiment agréé par le système en place, un José Bové, par exemple, quelqu'un qui voudrait casser le système comme un vulgaire MacDo. Supposons, en plus, que les électeurs, lassés du système, après avoir tenté plusieurs alternances, aient envie aussi de casser le système. Comment éviter cette catastrophe pour les tenants de ce système ?

C'est là que va intervenir un piège machiavélique.

Tout d'abord, on définie deux catégories de candidats : les grands et les petits. On impose ensuite cette évidence que seul les premiers ont une chance d'être élus. Bien sûr, les premiers apparaissent dans les médias plus souvent que les autres et les sondages confirment l'évidence, ce d'autant plus que leurs échantillons sont biaisés. De ce fait, l'opinion, dans sa grande majorité, est vite persuadée de la véracité de cette opinion, même chez les partisans de ces petits candidats.

Ensuite, il suffit d'instiller la peur de certains candidats pour pousser les électeurs vers le vote contre ces candidats « épouvantails » un vote appelé « utile » - utile pour qui ? - par opposition au vote de conviction pour un candidat qui partage nos idées.

Voici donc le piège infernal à désamorcer pour faire triompher la candidature de José Bové, la seule à porter l'espoir d'un autre monde.

Les candidats « épouvantails », sont évidemment : Sarkozy et Le Pen, le vote utile étant représenté suivant les cas par Royal ou Bayrou. Les mâchoires du piège, ce sont les sondages. Les instituts de sondages sont des illusionistes qui réussissent à faire prendre des vessies pour des lanternes. On n'a jamais vu, lu, commenté autant de sondages, et pourtant, tout le monde sait qu'ils se sont toujours trompés.

Ils nous reste donc, jusqu'au 22 avril, à convaincre un maximum de nos concitoyens que rien n'est joué et que le vote utile ne saurait être un vote pour des candidats qui n'apportent aucune solution aux problèmes de la France et du monde.

Le vrai vote utile c'est de voter pour José Bové !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article