Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Révolution citoyenne

Carte blanche à l'extrémisme

12 Novembre 2006 , Rédigé par Christian Laborde Publié dans #Politique internationale

REUTERS : dimanche 12 novembre 2006

Veto américain à l'Onu à une résolution condamnant Israël

La confirmation de ce que j'écrivais dans l'article précédent n'a pas tardé.

Les Etats-Unis ont opposé leur veto samedi à une résolution du Conseil de sécurité de l'Onu condamnant un raid israélien qui a causé la mort de 19 civils palestiniens dans la bande de Gaza et réclamant un retrait rapide de Tsahal de la région.

Neuf des quinze membres du Conseil de sécurité ont voté pour la résolution et quatre se sont abstenus: Grande-Bretagne, Danemark, Japon et Slovaquie. Les gouvernements qui se sont abstenus ont expliqué qu'ils ne pouvaient approuver le texte, qu'ils jugent déséquilibré.

Le projet de résolution demandait à l'Autorité palestinienne de prendre "des mesures immédiates et soutenues pour mettre fin à la violence, y compris aux tirs de roquettes sur le territoire israélien".

Il exhortait la communauté internationale à prendre des mesures pour stabiliser la situation, relancer le processus de paix au Proche-Orient et envisager "la possible mise en place d'un mécanisme international" pour la protection des civils.

Le texte condamnait les opérations militaires israéliennes dans la bande de Gaza et demandait à l'Etat juif de retirer toutes ses troupes de la bande de Gaza et de mettre fin à ses opérations dans tous les territoires palestiniens.

Mais la secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice a rétorqué que ce texte - soutenu par des pays arabo-musulmans et les Etats non-alignés, et présenté par le Qatar - servait "des intérêts politiques partisans" et comprenait une accusation non étayée selon laquelle Israël aurait violé le droit international.

Bolton a dit que Washington regrettait les pertes de vies à Beït Hanoun, mais qu'il était "dérangé par la formulation de la résolution, qui en de nombreux endroits était de parti pris contre Israël, avec des a priori politiques".

Le représentant américain a estimé la proposition de mise en place d'un mécanisme de protection des civils susciterait de faux espoirs et il s'est dit troublé par le fait que le mot "terrorisme" ne soit pas mentionné, pas plus que le gouvernement palestinien dirigé par le Hamas, qui refuse de reconnaître le droit d'Israël à l'existence ou de renoncer à la violence.

On retrouve là l'inévitable argument de l'équilibre que je récuse. Cette notion essaie de faire oublier un fait fondamental : quand il y a un occupant et un occupé, il ne peut y avoir d'équilibre, sauf à demander à l'occupé d'accepter son occupant.

Quant aux violations du droit international, elles sont confirmées par plusieurs organisations. Cependant, comme les USA sont les premiers à violer ce droit en permanence, on ne pouvait espérer les voir les condamner dans le cas présent.

De toute façon, jusqu'à un hypothétique changement de la politique US, les Israéliens pourront faire ce qu'ils veulent, les USA les soutiendront, les Européens resteront passifs et les autres états pourront constater ce qu'ils pèsent dans l'ordre du monde.

Je laisse la conclusion à l'observateur palestinien à l'Onu, Riyad Mansour « Le veto américain a adressé un mauvais message aux extrémistes tant israéliens que palestiniens ».

Les USA qui favorisent l'extrémisme tout en prétendant le combattre, cela montre à quel point le « nouvel ordre mondial » qu'on nous avait promis est une farce. Seulement, cette farce ne fait pas rire ceux qui en souffrent.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article