Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Révolution citoyenne

Bové web candidat

8 Mai 2009 Publié dans #Coup de gueule

Européennes : les écolos misent sur une campagne «écologeek»

Liberation.fr

Le mot d’ordre de cette campagne : «montrer avec notre campagne, qu’on est festifs et sympas», me rappelle un sacré souvenir. Ma première rencontre avec José Bové, chez lui dans le Larzac début 2007 avec les autres fous qui avaient lancé la pétition qui devait le propulser à la candidature et qui marchait très fort. Nous voulions savoir alors ce qu'il pensait de notre initiative et s'il voulait y aller. Nous pensions alors, naïvement, que cela n'allait pas de soi.

Toujours est-il, qu'il nous a alors déclaré d'abord que s'il se lançait, ce ne serait pas pour faire « un coup », et ensuite que ce devrait être une « campagne différente ». Inutile de dire que c'était exactement ce que nous pensions.

Une « campagne différente » oui, dynamique et pleine d'idées, une campagne de citoyens, pas une campagne de militants. D'ailleurs, nous nous étions nommés les « électrons libres » et nous pensions que José était le plus libre d'entre nous. Quelle erreur !

Les idées ont vite été digérées et enterrées par un comité de campagne ringard formé de vieux soudards de la politique, riches de l'expérience de multiples combats politiques – tous perdus bien sûr – et qui prirent de haut ces nouveaux arrivants aussi dynamiques que naïfs. « Des gens qui voulaient refaire le monde ! » (dixit un des pilier du comité) incroyable non !

Non ! José n'était pas libre. Il était prisonnier de ses vieilles accointances et sa campagne en fût le reflet : lamentable.

Aujourd'hui, José semble avoir changé d'accointances et s'est acoquiné avec un autre vieux routier de la politique : Daniel Cohn-Bendit. Mais franchement « festifs et sympas », est-ce cela que l'on attend d'un candidat ? JB retombe dans ses travers médiatiques et se fond dans le nouveau jeu politique où seul compte la forme au détriment du fond. Ce n'est pas un hasard si Thomas Lecourbe, avant de piloter la stratégie web d’Europe Ecologie, avait fait ses armes en 2007 avec la campagne de Ségolène Royal sur son site Désirs d’Avenir.

A défaut de jaillissement d'idées, attendez-vous à un jaillissement médiatique. Internet qui avait servi de tremplin à JB en 2007 sera à nouveau mis à contribution : « Il s’agit de cibler «ceux qui sont submergés de mails pour leur envoyer des infos ultra-courtes», précise Frédéric Neau, webmaster d'Europe Ecologie. ». Évidemment, quand il n'y a pas d'idée, les infos sont d'autant plus courtes et les slogans plus infantiles.

Est-ce cela la politique que l'Europe mérite ?

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

xian 22/05/2009 14:43

Soutenir Beauvais ?- Mais ils sont même pas en seconde division !Authentique, pendant la campagne 2007...